Pasto – San Augustin

Prochaine étape de notre périple, San Augustin et ses statues datant de l’époque pré-colombienne. La météo clémente au départ de Pasto nous permet de profiter d’une jolie vue sur la laguna de la Cocha, on se rapproche doucement du « trampolin de la muerte », qui se bat avec la route de la mort en Bolivie pour le titre de route la plus dangereuse d’Amérique du Sud.

Cette piste d’environ 70km, débute vers 2800m, pour s’enfoncer dans des vallées à la végétation luxuriante. Les nombreuses croix dans les talus commémorent ceux qui ont ratés les virages. Itinéraire pas mal fréquenté, où il n’est pas toujours aisé de se croiser, les précipices sont masqués par la végétation et la route est moins impressionnante que sont homologue bolivienne. Fréquentée par les voitures qui font pourtant bien attention, elle porte bien ses doux nom de « trampolin de la muerte », « trampolin del diablo » ou encore « ruta de la muerte ».On s’échappe par une descente de 24km pour 1600m de dénivelé, dans des pentes tellement raides qu’on est presque à la verticale du virage en dessous, que les ruisseaux ne sont que cascades et que la route s’enroule tellement pour s’accrocher aux versants suspendus dans la brume qu’on a du mal à savoir s’il n’y en a qu’une.

A partir de Mocoa, petite ville au tout début de l’Amazonie, on découvre alors le climat tropical, chaleur et humidité, végétation luxuriante. Après ces derniers mois dans des climats plutôt frais, on transpire à grosses gouttes, on se tartine d’anti-moustique et de crème solaire, on profite des grosses chaleurs de midi pour se reposer à l’ombre dans les hamacs bienvenus, dégustant poissons frits et jus de fruits frais. L’acceuil des Colombiens continue de nous surprendre. Après qu’on nous ait offert sur la route eau, fruits et biscuits, voici qu’une famille nous invite à passer la nuit chez eux. On trouve alors le sommeil sur leur balcon, entourés par les bruits de la jungle et les lumières des lucioles.
On fait un détour pour aller voir le site archéologique de San Augustin où on été découvertes des statues étonnantes, restes d’une culture sans écriture aujourd’hui disparue dont on ne sait pas grand chose. Changement de paysage encore, on quitte la jungle pour les plantations de café. Le ramassage du café se fait à la main, pour ne prendre que les graines mures, dur labeur sous ces chaleurs et avec des cultures parfois dans des pentes très raides. On découvre lors des derniers kilomètres le rio Magdalena, fleuve le plus important de Colombie, alors large de quelques mètres, qui prend sa source un peu au dessus de San Augustin pour se jeter dans la mer des Caraibes où il fait plus de deux kilomètres de large.

Une journée de repos à San Augustin, l’occasion pour nous de changer de monture pour aller visiter les statues à cheval. Une petite promenade equestre pour parfaire notre espagnol avec un guide local, savourer un jus de « lulo » ou un bon café, et finir de tanner le cuir de notre arrière train, déjà bien éprouvé par les heures passé sur la bicyclette.

Publicités

5 réflexions sur “Pasto – San Augustin

  1. Bonne année les cyclistes!!
    Un bon coup de pédale devrait suffire je l’espère à ce que cette année 2018 soit bonne pour vous!!
    Santé, bonheur, et 90 coeur!:-)

    J'aime

  2. hello la compagnie.
    Très belle année 2018. TOUJOURS SUPERBES VOS PHOTOS!!!
    Plein de belles choses.
    On vous envoie 4 parts de galette des rois…. Et oui c’est aujourd’hui.
    Bizous à tous

    La Clo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s