Glacier Perito Moreno

Après quelques jours de repos, on prend la direction du glacier Perito Moreno, grosse langue de glace qui descend du Campo de Hielo Sur, la deuxième plus grande masse glaciaire qui existe, en dehors des pôles. On longe le lac Argentino aux couleurs incroyables, un bleu clair, presque plus bleu que le ciel, dans lequel un torrent boueux vient se mêler en grandes volutes ocres. Les sommets blanchis font barrière aux nuages en face de nous,  on quitte la ville et son agitation touristique pour retrouver le calme et l’immensité de la pampa.

On arrive tôt le matin à l’entrée du parc, mais la route est fermée par une grosse chaîne et un petit fil à peine visible relié à une boite de conserve pour réveiller le gardien qui dors dans l’accueil du parc; pas moyen pour nous de rentrer avant l’heure officielle d’ouverture, d’éviter le vent qui se lève tous les jours en milieu de matinée et les hordes de touristes qui débarqueront des bus dans quelques heures… On s’installe pour attendre, thé, gâteaux, lecture…

La route du parc longe dans la forêt un autre bras du lac Argentino qui a perdu son bleu irréel pour la teinte gris clair des eaux chargées de limons glaciaires. La forêt renferme une flore exubérante, des buissons aux fleurs rouge vif, des fuchsia, des orchidées, et des petits fruits roses puis rouges qui couvrent le sol comme des boules de Noël. Les montagnes enneigées se rapprochent, les nuages aussi, mais ils nous laisseront le temps d’aller admirer les glacier que l’on voit apparaître, mur de glace de 60m de haut qui ferme le lac.

Le glacier vient buter contre un verrou qui sépare les deux bras du lac et sert de point de vue; on retrouve les hordes de touristes et les aménagements pour qu’ils puissent voir le glacier sans se mouiller les pieds; des petites passerelles au-dessus du sol avec des barrières bien hautes pour canaliser les foules; certainement efficaces pour protéger la végétation et le milieu, assez désagréables aussi, se sentir aussi parqués et isolés de l’environnement, comme des intrus, sur une Terre où l’homme n’aurait plus sa place…

La vue du glacier est incroyable, tellement immense qu’il est difficile de se rendre compte de sa taille, si ce n’est les bateaux qui s’approchent du mur de glace et qui semblent minuscules; les chiffres aident aussi: 70km de long, 5 de large en face de nous, entre 40 et 60m de haut… une masse de glace qui avance lentement en broyant les montagnes, en claquant, craquant et s’effondrant dans le lac quand les blocs fissurés perdent leur équilibre, révélant des pans de glace bleue, tellement bleue de n’avoir pas vu le soleil depuis peut-être des milliers d’années, le temps de sa lente reptation jusqu’au lac dans lequel son bleu se dissipe… Le condor veille, ou peut-être attend-t-il qu’un touriste imprudent se rapproche trop des blocs qui tombent, pour toucher la glace?

Difficile de s’arracher à la contemplation du glacier, la pluie vient nous aider et on repars, le vent dans le dos pour une fois. Les nuages ont fini par passer la barrière des montagnes…

4 réflexions sur “Glacier Perito Moreno

  1. De belles photos en cadeau de Noel !!! Magnifique !!!
    Ca va zizir de voir vos gueules un peu moins couvertes avec les couches chaudes dans les sacoches !!
    bisous les loulous
    enjoy !!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s